Santé

Le Sida : entre mythes et réalité

“Docteur, je suis peut-être devenue trop parano mais j’ai peur d’embrasser mon conjoint sidéen” ou “Je me sens en parfaite santé, c’est sûr que je ne suis pas infecté” ; autant de mythes qui enchevêtrent le Sida de nos jours.

Depuis l’annonce de sa propagation datant il y’a à peu près quatre siècles, le VIH ne fait qu’alimenter les discussions et susciter des idées les unes plus farfelues que les autres ; et malheureusement à l’heure actuelle, certains y croient encore dur comme fer.

La plus célèbre de toutes, qui a perduré depuis toujours, est la peur de toucher, d’embrasser ou même de côtoyer un sidéen. On en est même arrivé à croire que boire dans le même verre que celui-ci suffit pour transmettre le virus. Une idée archi-fausse. La salive, la sueur, l’urine ou même les larmes de cette personne sont inoffensifs. Les seuls liquides que vous devez craindre sont bien le sang, le lait maternel d’une femme séropositive, le sperme chez l’homme ainsi que les sécrétions qui proviennent du vagin de votre conjointe : voilà pourquoi on vous recommande d’utiliser le condom dans tous vos rapports sexuels incluant ceux oraux. Eh oui ! Préférer la fellation ou le culliningus à la pénétration pendant vos parties de jambe en l’air n’est pas une garantie de protection contre le VIH. Si les risques sont minimes, il reste néanmoins possible de contracter le virus de cette manière. Des préservatifs pour le sexe oral sont depuis quelques temps disponibles sur le marché pour vous aider à mieux vous protéger.

De plus, avec une vie sexuelle active, un test de dépistage effectué régulièrement est de mise. Vous avez plusieurs partenaires sexuels ?  Vous avez eu des rapports non protégés avec votre amant(e) ? Vous venez de rencontrer quelqu’un et l’idée vous tente de passer à l’acte ?  Faites-vous dépister pour vous protéger. Car il faut savoir qu’une personne peut être infectée et passer plusieurs années sans ressentir le moindre symptôme. Au cours des premières semaines néanmoins, elle peut avoir un malaise ressemblant à la grippe, avec le trio incluant une fièvre, des céphalées, un mal de gorge et parfois une petite éruption au niveau de sa peau. Ce qu’il peut trouver banal puisqu’il ne ressentira rien après jusqu’à un stade plus avancé de sa maladie. Le dépistage précoce augmentera sa chance de la surmonter.

Le comble c’est qu’on invente toutes sortes de rituels rocambolesques autour du traitement du Sida. L’une des plus célèbres est celle de la “purification de la vierge” répandue en Afrique et en Inde insinuant qu’avoir des rapports avec une vierge suffit pour se débarrasser du virus. Encore récemment, un écrivain vantait dans son livre qu’il détenait une pierre qui permettait de guérir du Sida. Pas la peine d’être médecin pour savoir que ces affirmations sont louches.

Le mieux c’est de vous protéger au maximum. Certes, plusieurs se plaignent de la diminution des sensations lors du sexe avec préservatif, mais sachez que c’est un mal nécessaire. Faites-vous dépister régulièrement et surtout, essayez du mieux que vous pouvez de soutenir vos partenaires déjà infectés.

N’oubliez pas de vous abonner à notre chaîne YouTube pour notre rubrique “SANTÉ SANS TABOU” :

Suivez-nous sur facebookinstagram et twitter (https://twitter.com/BelideMagazine)

Comment here

Enable Notifications    OK No thanks