Santé

L’AGESS met la main à la charrue ce 1er Décembre

Nouvelles perspectives, angle original, nouvelles cibles, l’AGESS vient de rejoindre la lutte en toute beauté.

L’Association pour une Génération d’Enfants Sans SIDA (AGESS) vient à peine de fouler le sol mais c’est le cas de le dire, ils ont un bagage original et des perspectives nouvelles qui ne devraient pas laisser indifférents. Oui, chaque année nous essayons de marquer cette date par des campagnes de sensibilisation, des rencontres et plein d’autres activités dans le but de prévenir ou encore de donner un support moral à ceux qui ont déjà contracté la maladie. Mais s’il y a une chose que nous oublions quelquefois c’est que les enfants aussi devraient être sur l’échiquier. Qu’ils soient nés de parents séropositifs ou qu’ils aient été infectés par le virus, ils méritent d’avoir toute notre attention. L’AGESS l’a compris et c’est bel et bien dans cette optique qu’elle a été fondée.

Ce sont différents cadres dont des médecins, des avocats, des administrateurs et des travailleurs sociaux qui se sont mis de la partie. La lutte n’est pas près d’être terminée et ils le savent car, ne nous voilons pas la face, le SIDA est encore tabou chez nous de nos jours. Les personnes infectées ont encore peur de révéler leur statut par crainte de représailles, on les exclut sous prétexte qu’elles seraient contagieuses, la stigmatisation est toujours à son paroxysme, tant de choses que nous devons nous battre pour améliorer.

AGESS

Aujourd’hui marque le lancement officiel de l’AGESS certes mais leur calendrier est déjà chargé avec des projets divers, campagnes de sensibilisation, concours, partenariats avec d’autres associations, tout sera au rendez-vous pour les aider dans leur combat si noble. Leur maître-mot n’est autre que « l’information » car selon eux, la société a besoin de jeter un regard nouveau sur le VIH et les personnes qui en sont atteints surtout les enfants car ce sont de loin les plus fragiles et dont le traitement et la qualité de vie dépendra grandement de la compréhension de leur tuteur à ce sujet.

Mais comme pour toute association à but non lucratif, ils devront faire face à la divergence de conceptions de la société car si certains les encouragent dans leur lutte, d’autres n’y voient qu’une perte de temps ou un moyen de s’enrichir. Mais ils sont confiants et ne comptent pas baisser les bras de si tôt. Le pays a besoin de leur expérience, ces enfants aussi. Ils espèrent trouver d’autres partenaires qui voudraient bien embrasser leurs objectifs en cours de route.

En attendant, vous pouvez déjà les contacter sur leurs pages facebook « AGESS » et instagram « agess_project » (ou cliquez sur AGESS). Le thé « AGESS » nous est servi en grande pompe et l’arôme plaît à nos narines, attendons maintenant ce qu’il réserve à nos papilles gustatives.

N’oubliez pas de vous abonner à notre chaîne YouTube pour notre rubrique “SANTÉ SANS TABOU” :

Suivez-nous sur facebookinstagram et twitter (https://twitter.com/BelideMagazine)

Comment here

Enable Notifications    OK No thanks