SantéSexualité

La génophobie, et si on en parle ?

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Si pour beaucoup le sexe est une partie de plaisir à laquelle il s’adonnerait bien volontiers, pour d’autres c’est un sujet dont ils auraient préféré ne pas en entendre parler.

Connu également sous le nom de coophobie, la genophobie est la peur d’avoir des rapports sexuels. Cette peur touche les deux sexes ; que ce soit un homme, que ce soit une femme. Elle se manifeste par une crise de panique, une certaine angoisse que peut ressentir la personne quand elle est face à quelqu’un du sexe opposé. Parfois même son imagination peut provoquer celle-ci, par exemple si la personne s’imagine être intimement près du sujet dont il a peur.

Les causes

La génophobie est loin d’être une pathologie ou encore même une peur qui s’installe d’elle-même parce que la personne s’est à l’avance persuadée que le sexe n’était pas bon pour elle. Selon les experts, cette phobie se manifeste souvent après un évènement marquant. Par exemple, quelqu’un ayant subi une agression sexuelle peut avoir peur d’avoir des rapports sexuels car cela sous entendrait qu’elle devrait faire confiance au sexe opposé sachant qu’un des leurs lui a causé du tort. Involontairement, cette agression sexuelle lui resterait en tête et le partenaire en question serait alors vu comme une menace.

Cependant ce n’est pas la seule chose capable de causer une peur du sexe chez quelqu’un bien que souvent, certaines phobies viennent d’un traumatisme. Elle peut aussi être causée par l’éducation reçue par les parents, l’église ou encore la culture dans laquelle quelqu’un a évolué. Beaucoup de groupe religieux en effet, désapprouve les rapports sexuels avant le mariage et les décrivent de façon péjoratif afin d’éviter toute tentative de fornication. Avec le temps cette personne développe une phobie car elle aura la crainte de transgresser les valeurs qui lui ont été inculquées et ce même si elle ne fait plus partie du groupe religieux.

Cette phobie peut également être liée à la performance sexuelle surtout ceux qui hésitent à se lancer car ils ont peur de ne pas vraiment savoir comment faire et donc au lieu d’essayer et de se lancer tout simplement, ils font machine arrière.

Il y a beaucoup d’autres causes de la génophobie et bien que cela peut sembler assez anodin, il ne faut pas le prendre à la légère.

Les conséquences

Avoir peur du sexe n’est pas une mince affaire car elle débouche sur d’autres problèmes. La personne souffrant de génophobie ne peut pas être capable d’avoir des rapports sociaux normaux. En effet, la personne peut avoir tendance à vouloir s’exiler du monde et se renfermer sur lui-même. Dans ce cas, elle peut être victime de dépression à force de chercher à se détacher des êtres humains. Cette peur peut aller encore plus loin ou la personne décide d’adopter une vie d’asexuée.

La génophobie peut également avoir des conséquences sur la vie amoureuse de quelqu’un surtout si la personne qui partage votre vie est très active sexuellement comparativement à vous qui considériez le sexe comme étant un supplice.

Que faire si on souffre de cette phobie ?

Heureusement, la génophobie se soigne ! Selon les experts, les cas de génophobie peuvent être traités par des sexothérapeutes, des thérapeutes traditionnels.

Le sexe est extrêmement important tant sur le plan physique que psychologique. Ne vous en privez pas parce que vous avez peur. Cela devrait être plutôt un choix !

Crédit de l’image de couverture : https://nospensees.fr/9-phobies-sexuelles-plus-frequentes/?amp=1

N’oubliez pas de vous abonner à notre chaîne YouTube pour notre rubrique “SANTÉ SANS TABOU” :

Suivez-nous sur facebookinstagram et twitter (https://twitter.com/BelideMagazine)

Comment here

Enable Notifications    OK No thanks