ArtCulture

Un nom sur toutes les lèvres ; mais qui est V!cky O ?

Jeanne-W-Victoria-O-via-NedJee
Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

“Je m’appelle Jeanne Will Victoria Onélien, Mon nom d’artiste est vickyonelien (V!cky O), j’ai ving-trois (23) ans ; je suis née le 27 Septembre 1997 à Port-au-Prince. Depuis toute petite j’adore dessiner, ce qui m’a fait développer au fil des ans mes capacités artistiques pour devenir l’une des meilleures artistes féminines Haïtiennes! Je suis l’ainée d’une famille de deux enfants, j’ai un petit frère, J’ai perdu ma maman il y a bientôt trois ans et je vis avec mon papa, qui depuis le premier jour a été mon plus grand soutien dans la vie suite à mon choix de carrière non traditionnelle surtout pour une jeune femme”.

Quels sont les différents domaines artistiques que tu pratiques ?

Je suis peintre, photographe, graffeuse, digital artist et promotrice de l’art visuel.

Ta passion pour le graffiti, quand et comment l’as-tu découvert ? Parle-nous de cette histoire d’amour ?

J’ai toujours adoré le graffiti, bien avant de pouvoir le pratiquer, je rêvais d’en faire ! J’ai toujours voulu que les murs de mon pays soient super colorés, qu’ils inspirent la joie, l’espoir de vivre la paix et l’amour ! Au lieu d’être vandalisé par des “aba…” ou encore qu’il sert de point où l’on peut jeter des fatras !! Je pense que c’est cela qui m’a le plus motivée à entamer une carrière dans le graffiti, car je savais que je pourrai apporter ma contribution à cela avec mes murales. J’ai commencé le graffiti il y a deux ans avec l’initiative de “FestiGraffiti” et l’ambassade du Canada dans “Street Art Au Féminin” pour intégrer les femmes dans le milieu du Street Art en Haïti. Lors de cette initiative, j’ai pu apprendre les techniques du graffiti avec des graffeurs internationaux tels que Monosourcilone (canadienne) Lucy et Ms. Yellow (américaines). Ensuite je continue à travailler avec les autres graffeurs comme Assaf, Oligarts, Rayza, Francisco Silva, Snoopy, FredyGraph, Lòtkoulè et un graffeur mexicain, Sune, pour continuer à apprendre et pratiquer afin de devenir l’une des premières femmes Street Artists en Haïti. Pari gagné car lors de la deuxième édition de Street Art Au féminin, j’ai été la directrice artistique de ma propre murale en collaboration avec Aude Villefranche, participante également de la première édition de Street Art Au féminin.

V!cky O dans ses œuvres | Photo prise par Jean Maries Lauviah pour Belide Magazine
V!cky O dans ses œuvres lors de la première édition de “Foto Jounen an” orgnisée par Gloria S. | Photo prise par Jean Marie Lauviah pour Belide Magazine
Tes clichés sur Instagram ont su inspiré, comment décrirais-tu ton don pour la photographie ?

Un don de Dieu, j’ai toujours aimé capturer des moments importants de la nature, tels que le coucher de soleil, les gouttes d’eau sur les fleurs, les nuages au-dessus des montagnes ou moi au milieu des plantes. Au fil des ans j’ai développé un amour particulier pour la photographie en développant ma petite touche personnelle : en mélangeant mon style vintage et en créant une harmonie parfaite entre l’obscurité et les lumières. Ensuite j’ai toujours eu envie de faire de la photographie Artistique en créant un monde imaginaire pour y photographier un sujet, mais je pensais que ça aurait été difficile à réaliser, jusqu’à ce que j’ai vu une de mes amies le faire et la cela m’a semblé plus facile, j’avais juste peur, dès lors je me suis lancée dans la photographie artistique en transformant mon petit monde imaginaire en réalité à travers des séries de photos. Lorsque ma famille a vu mon potentiel et mon amour pour la photographie, ils m’ont inscrit à un cours de photographie au Centre d’art, où j’ai appris les bases de la photographie pour devenir une photographe professionnelle et j’ai reçu ma première caméra professionnelle.

Qu’est-ce qui inspire V!cky O ?

En peinture, je suis inspirée par tout ce qui m’entoure, la nature, les relations humaines, la culture de mon pays mais par-dessus tout, mes œuvres ouvrent une porte sur mon âme, mes sentiments. Souvent j’exprime en peinture ce que je ne peux dire avec les mots ! Parfois je puise mon inspiration dans mes rêves comme une sorte de révélation. En graffiti, je suis inspirée par le désir de transmettre au gens un message de paix, d’amour et de joie de vivre, et aussi communiquer mon amour pour la nature aux maximum de personnes surtout à une époque où les activités humaines produisent un effet néfaste sur l’environnement.

vickyonelien_221692351_494995518232790_5636966439475643726_n

Depuis quand évolues-tu dans le domaine de la création ?

Ça fait déjà 4 ans que j’évolue dans le domaine de la création professionnelle ! Tout de suite après mes études classiques, j’ai entamé des cours de hautes coutures dès la première année, j’ai été fashion designer stagiaire à Haiti Fashion Week 2018. Puis j’ai arrêté les cours mais je continue à créer des vêtements pour ma propre collection ou j’ai lancé un nouveau modèle avec ma petite entreprise AyviBrand. Ensuite je me suis consacrée à la peinture en créant de nouvelle peinture toutes les semaines avec StreetArtAuFéminin. Il y a deux ans j’ai commencé avec le graffiti, grâce à mon travail acharné et la passion que j’ai partagée pour ce médium, je suis devenue l’une des premières femmes graffeuses en Haïti à travailler professionnellement. Et enfin avec la photographie je transforme les rêves en réalité l’espace d’une photo et je partage également comment je vois le monde autour de moi et jusqu’à présent je ne reçois que des réactions positives de chacune des médiums artistiques que je pratique.

ayvibrand_83465415_212471173265610_3574713630448642186_n
V!cky O posant pour sa propre entreprise,”AyviBrand” | via @ayvibrand (Instagram)
Quelle est la recette pour vivre de son art et se faire un nom dans le milieu artistique?

Beaucoup de patience, mélangée d’une grande pincée de passion et beaucoup de courage et de confiance en soi et en ses capacités. Avoir un rêve et travailler sans relâche pour le réaliser et même surpasser les objectifs voulus.

Comment se déroule une journée de ta vie d’artiste ?

Le réveil, programmer une séance de photos si je n’ai pas de tableau à peindre ou encore de partenariat rémunéré en graffiti à faire, parfois j’oublie même de manger, ensuite regarder mes Novelas les après-midi, souvent à la fin de la journée je prends une petite pause pour réfléchir à de nouveaux concepts et avant d’aller dormir je réalise un œuvre digital sur la tablette si je n’ai pas de photos à éditer bien sûr. Pour être honnête c’est super fatiguant, j’ai rarement le temps de dormir quand je suis super inspirée. C’est pour cela que je dis toujours qu’il faut être très passionné pour vivre de l’art surtout si on est une artiste multidisciplinaire.

vickyonelien_200592492_515427309648275_3671361464361281085_n

Penses-tu que tes œuvres ont des impacts positifs sur la société ?

Je pense que oui, car je reçois quotidiennement des messages de personnes me disant que mes œuvres leur transmettent la joie de vivre, leur permettent de rêver et de voir la vie positivement. Mes œuvres les inspirent également à avancer dans la vie, à inciter leur créativité, à croire en leur propre potentiel et à rêver d’une Haïti meilleure. J’avoue que cela me fait extrêmement plaisir de pouvoir inspirer cela aux gens autour de moi, parce que cela permet à plus de jeunes surtout les jeunes femmes de croire en leur rêves et de voir qu’elles aussi peuvent y arriver, il suffit d’y croire !

Comment perçois-tu la génération dans laquelle tu évolues ?

C’est une génération bourrée de talents, de jeunes avec des rêves et un désir d’innovation, mais surtout le courage et la motivation nécessaire pour briser les barrières de la société pour montrer et faire valoir leur potentiel. Et j’ai eu la chance de rencontrer et travailler avec bon nombre, je ne puis espérer que du positif pour l’avenir Et que “nou toujou kenbe tèt ansanm lan”.

vickyonelien_210260659_935825277259329_5227366122936720263_n
Presentation du dernier canva de la série : “Fleur Sensuelle”

Image de couverture : photo prise par @ned_jee

N’oubliez pas de vous abonner à notre chaîne YouTube pour notre nouvelle rubrique :

Suivez-nous sur facebook, instagram et twitter en cliquant respectivement sur ces liens: https://www.facebook.com/belide.mag – https://www.instagram.com/belide.mag/ – https://twitter.com/BelideMagazine

Comment here

Enable Notifications    OK No thanks