ArtCultureMusique

Coralie Hérard : Une voix, une guitare, une étoile

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Férus de Jazz ? Vous avez sûrement été au moins une fois envoûtés par une voix des plus mélodieuses s’accommodant dans une harmonie parfaite aux notes d’une guitare enchanteresse. De prime abord cela peut paraître habituel mais quand toute cette panoplie vous est offerte par une seule personne, vous n’avez d’autre choix que de rester sans voix.

https://www.youtube.com/watch?v=ET9mjjZKw2M&feature=youtu.be

Sûrement vous demandez-vous s’il existerait des étoiles de ce genre chez nous. Notre réponse à cette interrogation se résumerait en deux noms propres :  “Coralie Hérard”. Belle, talentueuse, sûre d’elle, Coralie demeure l’une des étoiles montantes les plus prometteuses de notre sol. Chanteuse et guitariste, on n’a qu’à observer son parcours pour en être convaincus.

Née à Port-au-Prince où elle a d’ailleurs grandi, elle dût partir après ses études classiques pour s’adonner à sa passion qui n’est autre que la musique. Et c’est ainsi qu’elle se retrouve dix ans plus tôt dans un conservatoire de musique à Quito, la capitale d’Équateur. Elle dût par la suite continuer à apprendre seule mais cela n’a en rien dissipé son ardeur.

Quatre ans plus tard, soit en 2014, on retrouve Coralie comme chanteuse et guitariste professionnelle et dès lors, elle ne cesse de nous représenter valablement tant sur la scène nationale qu’internationale. Elle participera entre autres à plusieurs éditions du festival international de Jazz de Port-au-Prince, mais étendra aussi son talent à d’autres horizons dont certains pays d’Europe, d’Afrique, d’Amérique du Nord et même d’Asie. Elle se rappelle encore de son passage inoubliable et de l’accueil chaleureux qu’on a réservé à sa musique en Corée du Sud.

Vous l’avez peut-être remarqué, notre étoile n’a pas choisi l’un des rythmes les plus connus du public haïtien. Elle s’est laissée séduite par le jazz, la musique alternative, le rythme culturel de notre pays et de nombreuses inspirations venant d’autres continents comme la musique Fado, le rythme du Mali, du Bénin et bien d’autres genres assemblés pour créer sa propre mélodie.

Quoique le public amateur de jazz soit beaucoup plus restreint en Haïti qu’ailleurs, l’accueil chaleureux réservé à son rythme reste le même. Elle ne cesse de chanter pour son pays, son deuxième single intitulé “Derayman” nous le démontre. C’est le fruit d’une collaboration avec Bélo, Wesli Louissaint et Jean Winer Pascal où elle décrit l’effondrement graduel de nos mœurs tout en nous conjurant à travailler pour l’avancement de notre chère Haïti.  Elle espère entre autres percer dans le monde musical international avec son nouvel album porteur d’un message qui touchera sûrement plus d’un et lui permettra d’aller encore plus loin avec notre bicolore.

C’est la musique qui l’a trouvée. Coralie était quelques années plus tôt cette petite fille qui chantait quelques notes pour sa famille et regardait les autres exécuter des partitions de guitare. C’est encore la commis administrative d’une entreprise au Québec qui aime enfiler sa guitare tout en aiguisant sa voix pour le plaisir des amateurs de jazz.

Son conseil pour vous réside dans les lignes de son titre “Derayman”. Tout en espérant que vous ayez compris son message nous souhaitons du succès à Coralie qui est bel et bien “la voix et la guitare de l’espoir”.

https://www.instagram.com/p/B_8lXqBDRGu/

Suivez-nous sur facebook, instagram et twitter en cliquant respectivement sur ces liens: https://www.facebook.com/belide.mag – https://www.instagram.com/belide.mag/ – https://twitter.com/BelideMagazine

Comment here

Enable Notifications    OK No thanks