Santé

Ma grossesse, mon histoire

Ma grossesse, mon histoire | Photo : Jean Marie Lauviah/Nice Shoot

Là où certains voient un simple acte où il est question d’assouvir quelques pulsions physiques, il peut tout à la fois se produire un énorme phénomène ; irradiant pour certains, mais également terrorisant pour d’autres. Le phénomène demeure cependant ce qu’il est.

Des gamètes mâles et femelles se rencontrent, un œuf se forme alors, allant s’accrocher dans la paroi de l’utérus. Ce dernier croît, devient un embryon, puis un fœtus, tout ceci traduit donc : la grossesse chez une femme. Autant que faire se peut, un fait marquant, apprécié ou non, tend à se produire dans l’humanité, une nouvelle vie va être donnée.

Il arrive que parfois, une grossesse soit totalement désirée. Pour les grands chanceux de ce loto, le petit être ne se fait guère prier ; en ce sens, à toute action sévit réaction. Les géniteurs se mettent donc à la tâche et quelques semaines plus tard, la femme traîne un gros ventre rond qui fait le bonheur même du couple. Dans d’autres cas, on parle d’accident, mais heureusement sans morts ni blessés. Dans cette section nous avons là plusieurs cas de figure.

D’une part des futurs parents malgré tout, excités et se disant prêts à accueillir leur enfant avec tout ce que cela entraînera. Et d’autre part, une huée de plaintes, de regrets et d’affolements ; on se dit pas prêt, ce n’était pas une affaire recherchée, on crierait même « ô trahison ou malice » de la part d’un être n’ayant même pas encore vu le jour. À ce dernier cas, plusieurs manœuvres peuvent être appliquées afin de mettre un terme à cette grossesse souvent qualifiée d’importune. Nous pointons à ce stade une méthode très populaire qui est l’IVG : l’interruption Volontaire de Grossesse / avortement volontaire. Cette méthode revêt différents aspects et différents buts, mais cette phase de l’histoire fera partie d’une autre tranche de révélation.

Le combat d’une femme enceinte, les faces d’une grossesse en Haïti

D’aussi loin ou d’aussi près qu’on pourrait s’intéresser à la grossesse chez une femme, recueillir des éléments de confidences ou d’informations de la part d’une femme enceinte elle-même consiste en une faveur autant utile qu’exhalant. Natala Douillard est cette jeune femme de 24 ans qui porte aujourd’hui un bébé, et qui a bien voulu nous faire part de l’expérience.

Un beau jour, peut-être suite à des anomalies, Natala découvre qu’elle est enceinte. Ce n’était peut-être pas un événement non désiré pour sa part, mais nul ne l’avait prédit comme cela. Certains peuvent bien s’en douter, mais pour ceux qui n’y penseraient pas, il encourt toujours un stress à la suite d’une telle découverte. Stress, durable ou pas, mais dans le cas de notre future mère, stress qui s’est amplifié vu la situation du pays. Nous le savons tous, la dite conjoncture n’épargne personne.

Ma grossesse, mon histoire | Photo : Jean Marie Lauviah
Photo : Jean Marie Lauviah

« Actuellement, c’est la situation du pays qui me travaille gravement. Je me porte à penser aux différentes difficultés, à la mode de nos jours que je pourrais rencontrer. Par exemple : l’électricité, ne me fera-t-il pas défaut une fois en salle d’accouchement ? Ne serai-je pas attaquée le jour de mon accouchement en sortant dans la rue ou même en rentrant chez moi ? », nous dit Natala. Sont-ce là des conditions favorables à une jeune femme enceinte ? Nul besoin de doctorat pour répondre au négatif là-dessus.

Si beaucoup le savaient déjà, bravo à vous, le corps et l’âme d’une femme enceinte ne sont jamais au repos vu le grand phénomène qu’il s’y passe. Physiquement, les contractions, les douleurs abdominales et dorsales n’épargnent personne. Mais le plus dur c’est qu’il s’agit là d’une étape obligée de l’affaire, personne n’y passe outre. D’autre part, pour notre chère Natala, l’histoire se répète. Les gens auront beau parler d’évolution de l’esprit, mais ils ne pourront guère se défaire de leurs mauvaises langues fort souvent muées par la forme de la société haïtienne elle-même. Chaque jour elle fait face à des remarques selon lesquelles elle aurait gâché sa vie, sa jeunesse toute entière en tombant enceinte si tôt. Qui plus est, elle s’expose là à tout un lot de jugement de la part de ses aînés.

Mais là où tout ceci devient plus intéressant, c’est au niveau du for intérieur d’une future mère. Natala nous conte avec toute la joie du monde, le déclenchement de tout un mécanisme qui s’effectue dans son âme pour un petit être s’étant déjà approprié d’elle.

« C’est une étape vraiment importante. Tu passes du statut de femme à mère en seulement neuf (9) mois qui parfois te semble une éternité, tu acceptes de te mettre en quatre et de transmettre des valeurs que tu ne pensais même pas posséder à un être qui signifie déjà tout pour toi. Là d’un coup tout change, tu sais déjà que tu es prête à tout affronter, ta vision du monde change, ta façon de penser, de réfléchir, et tu penses d’abord aux avantages et inconvénients pour le bébé, et quand il s’agit de toi et bien ça attendra. Plus rien n’a d’importance sinon de savoir qu’un être va dépendre totalement de toi. Il est à noter que c’est carrément flippant, mais en même temps : rassurant, excitant et stressant. Bref ! en gros c’est un mélange de tous les sentiments possibles ! » (Natala D.)

Ma grossesse, mon histoire | Photo : Jean Marie Lauviah
Photo : Jean Marie Lauviah

En parlant de transmission de valeurs, comment nos jeunes parents comptent-ils s’y prendre pour élever leur enfant ? « Pour commencer, on va improviser. Certes ce n’est pas la meilleure des réponses attendues, mais avec mon partenaire, on ne veut rien forcer et on jouera le tout pour le tout ».

Toute une panoplie d’événements s’ensuit quant à la naissance d’un enfant. Et l’une des merveilles observées par notre future maman, c’est la transformation de son partenaire. « Il était toujours aimant et présent pour moi. Je n’ai manqué de rien avant cela. Mais là, le score a doublé. Je me sens soutenue, protégée et bien accompagnée. Il est à la fois excité, impatient et joyeux. Je suis sûre qu’il fera un bon père, il s’y met ».

Attention mesdames, il n’est pas donné à toutes de rencontrer un tel homme, prenez garde au choix des pères de vos futurs enfants ! Pour les moins chanceuses malheureusement, elles se retrouvent souvent seules durant cette période pourtant très importante de leur vie. Mais pour Natala, c’est grâce accordée.

Elle a même l’impression que ses amies lui prendront son bébé tant ces derniers l’attendent plus ardemment qu’elle. Pour les curieux qui demandent sans cesse le prénom, une fois née elle vous dira peut-être elle-même son nom. Et oui vous l’aurez compris : c’est une fille que Natala enfantera.

Recrutement redacteurs
Cliquez sur ce lien : https://forms.gle/1YL9hvUsRFtyrgvP8

Tout l’intérêt de s’intéresser là aux femmes enceintes, ne figure pas dans une catégorie de divertissement. Il est temps que notre société comprenne que donner la vie, n’a jamais été un choix toujours facile pour tout le monde ; plusieurs ont échoué, d’autres sont arrivés en cours de route, certains y sont parvenus haut les mains, et d’autres encore ne le sauront jamais car elles n’ont pas tenu jusqu’au bout.

Tout ne s’arrête pas là, même si tout se passe bien au cours d’un accouchement, le tour devra se jouer par la suite dans la vraie vie quotidienne. En Haïti, et partout ailleurs nous avons des mères incomprises, seules et surtout délaissées volontairement… Et dans ces derniers cas on leur souhaite courage, force et honneur. « C’est la plus belle chose qui te soit arrivée » n’est pas toujours la meilleure réponse à sortir à une femme qui se dit enceinte. La réalité que peut peindre une grossesse n’est pas toujours rose pour toutes.

Entre temps, nous l’aurons pressenti, ce qui se passe entre une mère et son enfant, eux seuls sont en mesure de le communiquer, et tous les mots du monde n’auront pas suffi pour décrire le dit phénomène !

Recrutement Photographe
Cliquez sur ce lien : https://forms.gle/cDCCPiU2LSWqPTkK6

Comment here