ArtCinémaCulture

Mozart Louis, jeune photographe/vidéaste haïtien dans les coulisses de « Black Panther : Wakanda Forever »

Mozart Louis, jeune photographe haïtien dans les coulisses de "Black Panther : Wakanda Forever"

Implacable, dévoué et déterminé, Mozart Louis poursuit ses rêves. Le voilà maintenant dans les coulisses de l’un des films les plus regardés et les plus rentables de ces dernières années « Black Panther : Wakanda Forever ».

Qui est Mozart Louis ?

Né le 12 mai 1993 au Cap-Haïtien, Mozart, malgré ce que vous pensez, n’a pas toujours été intéressé à la photographie. Au contraire, son désir était de devenir psychologue car, dit-il, « m renmen moun ». Dès son tout jeune âge, il voulait aider les gens, se rapprocher d’eux, écouter leurs histoires et essayer de les aider de son mieux. C’est bien plus tard que lui est venue cette passion pour la photographie et la raison n’est pas trop différente de son désir premier.

« Ma mission en tant que photographe freelancer haïtien a toujours été de montrer cette face cachée de mon pays que beaucoup de gens ignorent mais qui fait totalement la valeur inestimable de ma terre natale. Mon sens artistique, ma passion pour la photographie et mon dévouement m’ont toujours aidé à montrer le meilleur de mon pays à travers mes photos, exposant le côté pittoresque d’Haïti », affirme-t-il.

Mozart Louis

Il a aussi fait des études universitaires en administration touristique, hébergement et cuisine, – aussi passionné des excursions et la gastronomie haïtienne en particulier. Il a aussi des connaissances en graphic design et en digital marketing. C’est en 2012 que sa passion pour la photographie s’éveilla. Après de nombreuses recherches, après avoir regardé et étudié plusieurs créations d’art, en 2014, Mozart décide de faire du photojournalisme. 4 ans plus tard, grâce à son travail acharné et à sa détermination, ce talentueux photographe a participé à l’Expo Faces Of Haïti à Port-au-Prince, – une expérience qu’il n’oubliera jamais. Il fut aussi nommé ambassadeur de Faces Of Haiti pour ses créations mettant en valeur ce merveilleux et riche côté d’Haïti.

En avril 2018, il lança une start-up nommée CityPro Creative Studios dans l’idée de créer un centre créatif pour les jeunes professionnels de sa ville, offrant soutien, opportunités de réseautage, conseils et bien plus encore.

« Foi – Discipline – Travail acharné – Cohérence » : tel est son slogan

Bien sûr, en tant qu’Haïtien, il n’est pas facile que les parents acceptent un autre métier que la médecine, le droit ou autres… surtout si ce par quoi vous êtes intéressés n’implique pas de longues études à l’université et un diplôme.

« Ma plus grande épreuve a été de faire accepter à mes parents que je voulais devenir photographe, qui voulaient pourtant que je sois médecin. Mais le challenge reste toujours de faire comprendre aux gens l’importance de mon métier qui consiste à immortaliser des fractions de secondes de moments importants à travers mes yeux et ma caméra ».

Mais ses proches et surtout sa femme ont toujours su le supporter et l’encourager dans sa profession. « Foi – Discipline – Travail acharné – Cohérence : ce par quoi je définis mon travail », a déclaré le jeune photographe.

Mozart Louis

Mozart confirme qu’il a travaillé sur « Black Panther : Wakanda Forever”

« Oui, j’ai travaillé sur le film. Oui, Haïti en fait partie. Oui, vous devriez définitivement le regarder. 2022 fut une année difficile mais malgré cela de superbes choses se sont produites. Fier de mon travail ! Fier d’être Capois ! », a-t-il publié sur Twitter.

Dans un autre de ses tweets, on peut lire : « Je ne m’y attendais pas, mais voir mon travail pour @marvelstudios et ma ville natale apparaître dans le plus grand film du moment me fait rêver. Votre passion vous mènera partout mais il vous faut de la foi, de la discipline, du travail acharné et de la consistance. #WakandaForever ».

« Black Panther : Wakanda Forever », – dont le premier a eu un succès fou à sa sortie et mettant aussi une grande emphase sur la culture africaine – abordera encore de différentes cultures dont la culture mésoaméricaine, ainsi que la perte du protecteur de Wakanda.

« J’ai pu participer à ce projet grâce à Angie Bell, une amie qui m’a référé à l’équipe au moment de la réalisation de ce film. Ils voulaient quelqu’un qui avait de la connaissance dans le domaine et l’expérience. J’étais mieux placé pour réaliser cette mission en tant que vidéaste/droniste », a-t-il dit. « Je ne savais pas encore le pourquoi du travail que j’avais à faire jusqu’à ce que j’ai su que mon travail était de rendre Ayiti important et beau aux yeux du monde entier. Ça a été un vrai challenge que j’ai accepté et réalisé avec fierté et honneur ».

Cependant, Mozart dit ne pas être encore comblé. Bien que ça l’a rempli d’une joie folle de prendre part dans un film pareil, surtout que ce fut pour faire connaître son pays Haïti, pour lui ce n’est pas encore assez, que ce n’est que le début.

« Succès est un mot important pour moi, mais je veux mettre de préférence l’accent sur ces nombreux exploits que j’ai pu réaliser tout au long de ma carrière de photographe. Soit ma rencontre avec de grands célébrités haïtiens ou étrangers, ma collaboration sur d’importants projets comme Wakanda Forever ou encore cette opportunité que j’ai d’être un ambassadeur positif pour mon pays », a déclaré le photographe. « L’important c’est de vouloir commencer quelque chose, d’y croire et de tout donner. Je suis encore très loin de ce que je souhaite accomplir mais tout ce que j’ai pu réaliser jusqu’à présent est le fruit de cette folle envie que j’ai nourri avec détermination, sacrifices et orgueil ».

À noter que « Black Panther : Wakanda Forever » sort ce 11 novembre et est déjà sorti en salle de cinema dans quelques pays.

Black Panther : Wakanda Forever

« Croire – Essayer – Persévérer » : son conseil pour les jeunes et aspirants en photographie

Face au manque de structures, encadrements des jeunes artistes haïtiens, Mozart espère qu’un jour que tout cela changera. Son désir est qu’un jour ils arrivent à vendre la beauté du pays, que les jeunes ne soient pas forcés d’être médecins ou avocats, qu’ils puissent sans problème exercer leur métier… que ce soit de la photographie, musique, cinéma ou autre… Il voudrait que la culture haïtienne soit totalement prise en compte et qu’elle s’élève forte et joyeuse parmi tant d’autres.

« CROIRE – ESSAYEZ – PERSÉVÉREZ. Ne jamais laisser votre entourage ou votre origine limitée, votre capacité à faire mieux que ce que vous pensez être capable de faire. Votre limite c’est vous, sortez de votre zone de confort », tel est son conseil pour les jeunes.

RÉSERVEZ VOTRE LIVRET

Ads-Novembre-Disponible-2

En cliquant sur ce lien : https://forms.gle/t5R66F38A1tfBpCv9

Comment here