Santé

Endométriose : devrait-on s’alerter ?

Endométriose-via-L'Express
Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

“Vous avez sûrement pris froid en marchant pieds nus ou en vous couchant à même le sol” : c’est bel et bien la réplique de nos aînés dans la majorité des cas où une jeune femme se plaint de douleurs en rapport avec ses règles. De là, potions et élixirs sont utilisés pour atténuer les tourments. Mais ce fameux “fredi” si bien connu dans notre jargon est-il vraiment le coupable de ces maux ?

Contrairement à l’opinion communément admise, les règles douloureuses ne sont pas toujours sans conséquences. Plusieurs causes peuvent les expliquer comme une infection, un kyste ou simplement un effet secondaire d’une méthode de contraception. Mais de toutes, l’endométriose s’est révélée l’une des plus sournoises. Méconnue pour certains, elle n’en reste pas moins une écorcheuse qui vous ronge sans que vous vous en rendiez compte. Paradoxalement, près de dix pourcents des femmes en souffrent malgré le fait que la majorité d’entre elles en ignorent l’existence.

Ce qui alarme dans la quasi-totalité des cas c’est bien-sûr la douleur. Ce maître-symptôme est insoutenable pour beaucoup. Elle apparaît dans plusieurs situations, que ce soit concomitamment avec les règles ou en dehors de ces dernières, lors des rapports sexuels et même à la défécation. La douleur peut être si intense qu’elle provoque des nausées, vomissements et même des épisodes d’évanouissement chez les femmes atteintes.

Uriner peut aussi devenir un casse-tête pour elles. À mesure que la maladie évolue, le risque de se retrouver infertile augmente de manière exponentielle, d’où la préoccupation première du personnel de santé de lutter contre son évolution. Chez nous en Haïti, la douleur avec les règles s’entremêle avec nos croyances populaires. Tantôt considérée comme normale, on se gave alors de pilules pour y remédier, tantôt c’est le froid qui est indexé. Des fois encore, à un stade avancé où elle provoque l’infertilité, on pointe du doigt soit un voisin ou un proche qui nous voudrait du mal. Aller chez le médecin est le cadet de nos soucis dans ces cas-là et c’est ce qui rend plus ardu le diagnostic d’endométriose pour le médecin haïtien.

Nittgee Salomon Nozil, mère de famille, engagée et comptable de profession en est consciente. Est-ce pourquoi elle a lancé la campagne de sensibilisation contre cette maladie. Elle a choisi le mois de Mars pour se lancer vu que c’est le mois de la femme et de la sensibilisation contre cette maladie, mais cette idée a germé bien avant. Après avoir eu une vidéoconférence avec Sylvie Jean Lavallée, elle-même souffrant d’endométriose et déjà auteure d’un livre sur le même sujet intitulé “En t’attendant mon combat contre l’endométriose”, elle a été conquise par la passion que celle-ci met dans sa quête à ce que tout le monde soit imbu des conséquences néfastes de ce trouble. Ainsi a-t-elle eu l’idée d’utiliser les réseaux sociaux comme moyen de propager le message. Consciente de ses limites, elle fera appel à Kerry Norbrun, étudiant en médecine, pour rejoindre le groupe. Le trio une fois constitué et le thème “Ansanm ann konbat ANDOMETRIYOZ” choisi, il ne leur restait qu’à lancer la campagne. Et dès le 9 mars dernier, ils ont commencé à publier de courts messages sur l’endométriose pour faciliter la compréhension par le public. Ils enchaînent par des court-métrages avec des spécialistes dans le domaine comme des gynécologues, des obstétriciens et des psychologues pour élucider les non-dits sur le sujet. Une séance de formation animée par Norbrun est aussi prévue dans le cadre de la clôture des événements le 30 Mars prochain. À noter que le 28 mars sera la journée mondiale contre l’endométriose, et l’équipe, pour élucider davantage ce sujet, vous réserve une vidéo en direct sur leurs pages Facebook avec un gynécologue obstétricien (spécialisé en endométriose) nommé Larsen Vladimir.

Lavallée-Norbrun-Nozil
De la gauche vers la droite : Sylvie Jean Lavallee, Kerry Norbrun, Nittgee Salomon Nozil

S’il n’y a pas encore de traitement à proprement parler pour l’endométriose, il n’en reste pas moins que son diagnostic à un stade précoce peut aider à contrecarrer ses complications. Vous l’aurez compris, mieux vaut connaître son ennemi avant d’aller sur le ring. Vous avez besoin de coach ? Le trio Lavallée-Norbrun-Nozil se fera un plaisir de mettre toutes les chances de votre côté à travers les pages sociales (Nittgee Salomon mère imparfaite et fière, Sylvie Jean Lavallee et Norbrun Kerry Care-Ry), particulièrement Instagram et Facebook. Alors, un simple clic sur leurs pages respectives et vous aurez de quoi acérer vos lames. Gardez à l’esprit que l’endométriose n’est pas imbattable. Ne vous laissez donc pas abattre !

Sterline Vertilus

Crédit des images utilisées :

Consultez notre rubrique “santé” en cliquant sur ce lien : https://belidemag.net/?cat=81

Suivez-nous sur facebook, instagram et twitter en cliquant respectivement sur ces liens: https://www.facebook.com/belide.mag – https://www.instagram.com/belide.mag/ – https://twitter.com/BelideMagazine

Comment here

Enable Notifications    OK No thanks